carmagazine.co.uk carmagazine.co.uk
Histoire 15 décembre 2020

Un rêve devenu cauchemar pour le constructeur de la DeLorean DMC 12

Écrit par

Qui n'a jamais entendu parler la fameuse DeLorean DMC 12, une voiture qui a marqué l'histoire comme d'un des plus grands échecs de l'histoire dans le domaine de la construction automobile, une voiture consacrée fiable et luxueuse. Avec son originale carrosserie brossée en acier inoxydable, des portes-papillon, un intérieur électrique, malgré une aide du gouvernement 65 millions livres, avec un passif de 25 millions, cette voiture n'avait que des défauts.

Malgré tous les défaut, que ses jours étaient comptés, la DeLorean DMC 12 faisait la vedette dans le films Retour vers le futur qui sortie en 1985.

Pour John Zachary DeLoean, un homme brillant, incontestable ingénieure, son rêve était devenu un cauchemar, il s'est retrouvé confronté à une série de problèmes, les acheteurs déçu, criaient au remboursement, les problèmes étaient multiple, les portes refusait de s'ouvrir, les moteurs des vitres arrêtaient de fonctionner ou même que les vitres tombaient.

Pour M DoLorean ses problèmes ne sont pas arrêté là, comme le gouvernement ne voulait plus investir, vu les nombreuses plaintes et défauts du véhicule, ayant besoin de financement urgent, il s'est tourné vers le trafic de cocaïne.

Le 19 octobre 1982, M DeLorean est arrêté et accusé de complot en vue d'obtenir et de distribuer 24 millions de cocaïne. DeLorean a été acquitté des accusations de drogue en août 1984, mais il avait d'autres problèmes, il été jugé pour fraude et a été contraint de payer des millions de dollars aux créanciers et aux avocats.

M DeLorean est né à Detroit et a commencé à travailler pour Chrysler, General Motors, où il est reconnu pour avoir conçu la fameuse GTO et la flamboyante Firebird, il est devenu vice-président en 1972. Un an plus tard il quittait l'entreprise pour fondé la DeLorean Motor Company en Irlande du Nord. Ses trouvé des investisseurs qui ont payé la majeure partie de ses frais pour démarrer et construire la voiture de ses rêves: la Dolorean.

On visait une clientèle de célibataires aisés et le livre de bord stipulait qu'on pouvait mettre un clubs de golf derrière les sièges avant. Les porte avaient été conçus par Giugiaro et par Colin Chapman, patron de Lotus, brossé en acier inoxydable, les porte étaient surtout un truc de marketing, mais cela apportaient plus d'inconvénient que des avantages.

Le système des vitres qui bloquait régulièrement, ainsi que le contrôle de la climatisation qui était aussi défaillant, la température à l'intérieur devenait rapidement insupportable. La carrosserie qui était en acier inoxydable était pratiquement impossible à nettoyer.

Pour les porte, avec les nombreuses infiltration d'eau, qui étaient seulement retenues par un seul vérin à gaz il n'en fallait pas moins d’espérer que l'ouverture et la fermeture fonctionne correctement. L'intérieur était luxueux, l'habitacle était garnie, une direction réglable en inclinaison et un système de climatisation à sept positions.

John Zachary DeLorean comptait aussi sur son moteur pour faire des jaloux, le V6 PRV économique à simple arbre de 2.8 litres alimenté par une injection Bosch K-Jetronic qui donnait 145 chevaux. On pouvait se procurer le modèle manuel à 5 vitesses ou l'automatique à trois vitesse qui était en option.

La Dolorean carrosserie en inox coupé deux places, avec moteur arrière , à été conçu à 6500 exemplaires, son moteur V6 à 1 ATC de 2 850 cm, développait une puissance de 145 chevaux, tournait à 5 500 tours minutes, vitesse maximum : 200 km/h passait de 0- 100 KM/H en 9,6 secondes et pour l’automatique : 0 - 160 KM/H en 23 secondes, sa consommation : 13 litres au 100 km.